Cute You're

Créations pour petits et grands


Poster un commentaire

Romina pour un come back

Welcome back 😉 Cela fait une éternité je pense! Il faut l’avouer… on court toujours de plus en plus vite, le temps ne s’allonge pas et quand on découvre Instagram, on se dit que c’est bien plus facile d’y montrer ses créations en vitesse. Cependant, il y avait mon blog… tombé dans les oubliettes pendant plus d’un an! Après un petit sondage sur Instagram, il s’avère que pas mal de monde consulte encore les articles sur les blogs et que c’est en tout les cas bienvenu. Et au final, qu’en pense l’intéressée? Hé bien j’avais très envie de m’y replonger mais j’avais peur que ce ne soit dépassé et que les gens ne se référaient plus qu’à IG uniquement. Restait à trouver le temps ; mais comme le dit si bien l’adage, quand on veut, on peut/on trouve ! C’est pareil pour la couture !

Pour célébrer ce bel été indien, il me fallait terminer un encours : la robe Romina de La Maison Victor 

la-maison-victor-editex-la-maison-victor-romina-ju

Mi-longue sur le patron, j’avais pourtant vu ici et là quelques versions longues et cela m’avait tout de suite plu. Il fallait par contre trouver le moment de la réaliser. J’ai profité d’une après-midi couture chez Chipote et Papote, à Bruxelles, pour prendre le temps de la commencer. J’y ai choisi une belle viscose fleurie ainsi que de jolis boutons. L’objectif était de la finir pour pouvoir la porter à un mariage fin août mais j’ai laissé le projet à l’abandon car le temps était polaire et pluvieux et qu’il me fallait donc en urgence créer une autre tenue. Puis, évidemment, les semaines ont passé et le projet dormait au fond d’un sac en attendant que je remette la main dessus ; c’est le beau temps et le beau soleil des derniers jours qui m’a donc incitée à m’y remettre (sinon, je me connais, je ne l’aurais jamais finie avant l’année prochaine).

Voilà donc le fameux tissu : une belle viscose toute légère, idéale pour les grosses chaleurs ! Je l’ai d’abord réalisée sans ceinture, puis, après essai concluant, j’ai décidé d’en ajouter une; je trouve que cela finit beaucoup mieux la tenue!

Qu’en est-il au niveau de la difficulté? Elle n’est pas difficile du tout à réaliser mais elle prend du temps et demande de la patience et de la méticulosité, surtout avec une viscose si légère. J’apprécie particulièrement les manches, qui font toute l’originalité de cette robe.

DSC_5048

DSC_5059

Question taille, j’ai réalisé un 34 mais j’ai dû un peu tricher sur le bustier à la fin car il baillait un peu : j’ai donc superposé un peu plus qu’il ne fallait les devants et j’ai fait le choix (un peu par fainéantise), de ne pas coudre les minis lichettes pour les boutonnières et de coudre les boutons à même pour faire « comme si ». Le modèle, par son ampleur, permet de toute façon de l’enlever sans déboutonner le tout.

DSC_5053

J’adore ces petits boutons en forme de goutte 🙂

Au niveau des modifications, j’ai juste rallongé la jupe pour avoir une belle robe longue comme je les aime. Et comme dit plus haut, j’ai créé une fausse patte de boutonnage. Et si c’était à refaire, j’ajouterai une doublure à la jupe pour éviter un jeu de transparence non désirable…

Les difficultés, quant à elle, résident dans la réalisation de l’encolure et des manches froncées et plissées.

DSC_5060

Que dire de plus, sinon que ce modèle est idéal pour l’été ; Romina sera sans aucun doute embarquée dans ma valise pour mes prochaines vacances au soleil. J’adore sa légèreté et son côté romantique !

42114310_258952791620258_6438108006214270976_n

 

Mon petit doigt me dit qu’il y aura bientôt d’autres créas par ici 😉

A très vite alors !


12 Commentaires

Emma en dentelle

Parfois, sur un coup de tête, qu’importe la longue liste de to do, il me vient l’envie irrépressible de coudre pour moi, et surtout de coudre sans aucune obligation… Sauf que cette fois-ci, mon envie de coudre a surgi le matin : il fallait que je me couse une robe pour le soir-même. Je n’avais rien à me mettre (hum….) Mais surtout, quelle idée d’aller quelque part dans une tenue autre que celle qu’on a cousue!!! Bref, je DEVAIS me coudre une robe, il ne faut pas chercher à comprendre plus loin 😉

Mais coudre une robe en un jour, dans mon quotidien, cela se résume à coudre entre le moment où j’ai déposé les enfants à l’école, et le moment où je vais les chercher ; donc, ce n’est qu’une paire d’heures! C’est là que l’expérience Cousu Main entre en scène 😉 Quand on a réussi à coudre des tenues en un minimum d’heures, plus rien ne nous fait peur, n’est-ce pas?

Je ne savais pas trop sur quel modèle j’allais partir… Et commencer à feuilleter tous mes magazines et patrons allaient me prendre un temps fou. Je ne voulais pas non plus me lancer dans un « sans patron » et prendre le risque de n’avoir rien de convenable à porter pour la soirée. Il me fallait donc un patron.

Et parfois, le hasard fait bien les choses : mon regard tombe alors sur un magazine de La Maison Victor, et j’y découvre la robe Emma, que je souhaitais réaliser déjà depuis un bon bout de temps. Et re-comble du hasard, j’avais ramené du marché aux tissus un coupon fleuri sans trop savoir qu’en faire, tout comme je venais de recevoir ma commande de dentelle en provenance de chez Bennytex, sans trop savoir qu’en faire non plus… L’association s’est faite en un éclair dans mon esprit : j’avais trouvé mon projet 🙂

14593167_10157501407155147_1558430669_n

Le modèle ne me faisait pas peur mais je me suis mise une petite difficulté sur le dos, à savoir la dentelle. En effet, le modèle prévoit une parementure (pour moi, il s’agissait plutôt de doublure) et je ne pouvais pas coudre la dentelle et la parementure endroit contre endroit pour ne pas que les coutures soient visibles sur le devant, au travers de la dentelle. Pour bien faire, j’aurais dû apposer la dentelle sur un tissu que j’aurais doublé. Mais faute de temps et de doublure (que je n’avais pas), je me suis contentée de la parementure nécessaire. Parementure que j’ai coupée dans un coton stretch blanc, assorti à mon tissu à fleurs.

J’ai suivi les étapes sans encombres : tout se mettait bien comme il fallait et, fort heureusement, je n’ai pas eu à utiliser mon découd vite. Je n’avais pas droit à l’erreur ; cela m’aurait fait perdre trop de temps! J’ai cependant pris un gros risque car j’ai coupé le patron à la taille qui me semblait bien – un mixe entre 34 et 36 – , sans le comparer à mes mesures et sans essais préalables… Ce n’est pas très sérieux tout cela mais parfois, on fonce, ça marche, et on s’étonne que tout se mette bien 🙂

Voilà ce que cela donne sur mon double (mon mannequin, mais il faudrait que je lui trouve un nom) : dsc_1685

Au début, mon projet était d’en faire une version longue jusque par terre. Et je pense que cela aurait pu très bien donner. Mais comme je n’avais qu’un petit coupon de tissu fleuri, cela n’était pas possible malheureusement. Elle descend donc jusqu’au-dessus du genou. Dès lors, j’ai un prétexte pour refaire cette robe en version longue 😉

dsc_1697

Pour la partie dentelle, je n’ai pas réalisé les pinces sur le devant pour ne pas qu’elles se voient ; j’ai donc coupé la dentelle en intégrant les pinces directement, c’est-à-dire, en formant les pinces sur le patron afin de reproduire le même résultat sur la dentelle.

dsc_1684 dsc_1681 dsc_1686

Le modèle original prévoit des épaulettes. J’ai longtemps hésité à les réaliser en dentelle bleue, pour une continuité, puis mon regard s’est posé sur l’autre morceau de dentelle que j’avais commandé et je me suis dit que ce serait un beau rappel du vert qui se trouve sur la jupe! Puis cela fait une robe un peu plus originale, avec un peu plus de caractère, vous ne trouvez pas?

dsc_1689 dsc_1693

Pour le dos, faute de temps, je n’ai pas pu recouvrir des boutons pour les assortir à la robe; j’ai donc puisé dans mon stock personnel et je suis moyennement satisfaite. Je pense que je vais les changer. Et à votre avis, serait-il plus joli de coudre des boutons de la même couleur que la dentelle bleue, ou de trancher avec du vert?

Je n’ai pas non plus réalisé de boutonnières ; je les ai fixés à même la robe, puisque celle-ci s’enfile très facilement grâce à la fermeture éclair sur le côté.

Alors, elle vous plaît? à moi, oui 🙂 Et je pense que la robe a fait sensation ! Mais je parie que vous voudriez la voir portée… Alors voici :

dsc_1726 dsc_1722 dsc_1719 dsc_1717 dsc_1711 dsc_1709 dsc_1707 dsc_1706 dsc_1705

Petite anecdote, mais non des moindres : vous avez sûrement remarqué que mon ourlet n’est pas fini 😉 Cinq minutes avant de partir à cette fameuse soirée à laquelle j’étais conviée, je terminais le bas de la robe à l’aide de la surjeteuse. Evidemment, je vais prendre le temps de réaliser un bel ourlet invisible mais je dois dire que ce petit bord bleu surfilé n’est pas moche du tout !

dsc_1698

A bientôt pour d’autres défis 😉


4 Commentaires

Le retour des licornes

Qui n’est pas fan des licornes? J’en connais déjà une (Oriane Cousu Main), qui les collectionne. Il y a quelques temps, j’avais justement cousu une robe licornes en jean pour sa princesse. Et je dois dire qu’Oriane m’a un peu contaminée ; j’adore … enfin, ma fille adore les licornes 🙂 Un p’tit tour sur un site polonais et hop, je me retrouve avec un superbe sweat bouclette avec pleins de belles licornes.

jednorozce-granatowe-pe240

Alors, pour la petite histoire, il existe un énorme engouement pour ces sites polonais de tissus. Il faut parfois y naviguer à l’aveugle car il n’y a a pas de traduction française mais une fois qu’on sait que tel mot = telle matière, c’est un jeu d’enfant 🙂

Au début, je ne savais pas trop ce que j’allais faire de ce tissu. Puis, je me suis décidée à tenter une version manches longues de mon patron maison (cf. les t-shirts et la petite robe ananas). Je peux déjà vous dire que ma fille a complètement adopté la tenue ; voilà donc une maman heureuse 🙂

dsc_1645

dsc_1647 dsc_1650 dsc_1648

A retenter, je pense que j’échangerai les fronces contre des plis. Comme il s’agit d’un tissu bouclette plus épais qu’un simple jersey, cela peut vite faire un effet ballon à la taille, dépendant d’un enfant à l’autre. Les manches volantées sont finies au point roulotté à la surjeteuse.

dsc_1669 dsc_1670 dsc_1674 dsc_1677

Une robe idéale pour une partie de cache-cache 🙂

A bientôt et belle semaine à tous!


7 Commentaires

Des ananas comme Maman !

Il y a déjà un petit temps, j’ai réalisé le patron Aime Comme mon petit bazar de Aime comme Marie, avec un merveilleux tissu ananas, de chez Motif Personnel. Cette robe, je l’ai portée lors de la deuxième émission de Cousu Main, pour ceux qui s’en souviennent 😉 12509113_1184424961587660_73581982920916102_n

Il me restai un coupon mais je ne savais pas trop quoi en faire jusqu’à ce que l’inspiration surgisse. Mais oui, il fallait que j’assortisse ma fille, évidemment 🙂

Hop, d’après un patron tout droit sorti de mon imagination, et décliné à partir d’un patron de t-shirt home made que vous allez bientôt voir par ici, voici la fameuse robe assortie mère-fille. Simple mais efficace et le must ; elle vole quand elle tourne, que demander de mieux? DSC_1067 DSC_1070 DSC_1078 DSC_1080 DSC_1084

Petites manches volantées, dont le bord est roulotté grâce à une surjeteuse de compétition que j’ai à prêter des Etablissements Stecker, j’ai nommé la Baby Lock Enlighten. Vous en saurez plus prochainement mais je peux déjà vous dire que c’est un jeu d’enfant de coudre avec une telle machine!

Pour les fronces, j’ai adopté la technique de Michèle (Cousu Main 2), à savoir coudre un élastique transparent de la largeur souhaitée à la jupe ; cela fronce tout seul et c’est plus facile à coudre à la partie du haut, c’est-à-dire le buste. Et surtout, c’est net et efficace!

Les surpiqûres et l’ourlet du bas sont réalisés à la machine.

La princesse a tout de suite voulu l’essayer 🙂DSC_1087 DSC_1088 DSC_1090 DSC_1097 DSC_1100

Tissu Ananas (Aime comme Marie) de chez Motif Personnel

Patron Maison


7 Commentaires

Robe citron

« Un soleil, une lumière que faute de mieux je ne puis appeler que jaune, jaune soufre pâle, citron pâle or. Que c’est beau le jaune! »

Lettres de Vincent à son frère Théo (1872-1890), Arles, août 1888, Vincent Van Gogh.

13348844_10156951122070147_78493889_n

A un moment donné, on pense aux vacances qui se profilent et on a envie de soleil, au milieu de ces trombes d’eau qui nous tombent sur le tête depuis quelques jours. Alors on s’échappe et on se projette en préparant l’été avec la confection d’une petite robe toute fraîche pour ma princesse. Cette fois-ci, c’est Isabelle qui m’a inspirée avec ses merveilleuses créations. Je suis tombée sur un magnifique sweat bouclette sur un site polonais ; j’ai littéralement craqué pour ces beaux citrons jaunes!  Je ne savais pas vraiment qu’en faire jusqu’à ce que je tombe sur les créations du Labo d’Isa.

La patron est issu du livre « Collection Enfants, 15 modèles à coudre », de Lies Botterman et Griet De Smedt. A la base, il s’agit d’un modèle à réaliser en coton. J’ai donc fait quelques adaptations : j’ai pris une taille en-dessous (92) sachant que le tissu est extensible. Je n’ai pas doublé la robe car je ne souhaitais pas que ma princesse ait trop chaud. Je me suis aussi passée de fermeture dans le dos, car elle s’enfile facilement par l’encolure.

DSC_0580

Le fait de ne pas la doubler m’a causé quelques soucis de finition (qui font qu’elle n’est pas parfaite à mes yeux) mais je suis quand même contente du résultat 🙂 J’aime particulièrement la façon de construire le col volanté, qui fait tout son charme à la robe. DSC_0582

Cousu à la surjeteuse en grande partie, c’est un modèle très rapide à réaliser et à décliner de mille façons; c’est ça que j’aime !

DSC_0577

Et ma princesse l’a déjà adoptée ; vive l’été! (et non la pluie) …

13285750_10156951121865147_427872606_n

13382293_10156951121765147_921869166_n

DSC_0578


18 Commentaires

Eden la belle

Qui ne connaît pas encore les patrons de La Maison Victor ? 😉 Sur ma to do list kilométrique, j’avais repéré depuis un petit temps la robe Eden, qui m’a séduite par son dos et sa simplicité romantique. Il me fallait encore le tissu… Puis, j’ai littéralement flashé sur un tissu des Coupons de Saint Pierre : bleu comme j’adore, et pleins de couleurs estivales, idéal pour se rendre à un mariage! 13231280_10156882518230147_1983517996_n

L’avantage de ce tissu est qu’il était assez stretch et qu’il m’a permis de simplifier le dos et de me passer de boutonnières. J’ai donc simplement coupé le dos dans le pli du tissu. J’ai coupé le patron en taille 36 mais comme le tissu était assez élastique, j’ai dû reprendre pas mal pour le haut ; la prochaine fois, je sais que je peux le couper en 34!

En ce qui concerne le patron en lui-même, un vrai régal à réaliser! J’aime les projets efficaces et rapides, faute de temps de me lancer dans des projets abracadabrants. Je vous le recommande vivement !

13219954_10156882518305147_1014811651_n

Le tissu étant un peu épais, j’ai dû fixer la parmenture avec quelques points pour ne pas qu’elle ressorte. L’assemblage avec la surjeteuse est un réel plaisir et un jeu d’enfant 😉

Avec cette belle tenue, il me fallait du jaune, dans les accessoires : j’ai donc trouvé un sac à main (Véritas) et des chaussures assortis. Quant aux boucles d’oreilles, elles ont été faites sur mesure par Anne-Christine, une amie qui réalise de magnifiques choses ; allez vite voir sa page (Ptit Bizou). Ici, elles sont réalisées en cuir!

13233487_10156882518350147_2093077382_n

Bref, pour une journée printanière mais froide, cette robe était idéale à porter 🙂 Qu’en pensez-vous?

13219654_10156882518615147_1469982280_n 13219890_10156882519265147_753824462_n 13227932_10156882518730147_1747220398_n 13233253_10156882518965147_1024894703_n 13233372_10156882518425147_707298343_n


15 Commentaires

Cousu Main : la finale

Mieux vaut tard que jamais ! Pourquoi ais-je tant tardé à vous résumer la fin de cette aventure extraordinaire? Tout d’abord, ma vie actuelle à cent à l’heure fait que je n’ai pas pu prendre le temps de replonger dans ces moments passionnants. Peut-être aussi que conclure sur une telle aventure concrétiserait sa fin alors que pour moi, rien n’est fini, tout au contraire… Dans un petit coin de ma tête, les idées bouillonnent, les projets s’entrechoquent, ils m’emballent ! Mais le temps, ce satané temps, vient toujours me rappeler qu’il n’y a que 24 heures dans une journée!

Comment vous conter cette finale, déjà si loin pour certains ? Déjà, quand je regarde en arrière, je me dis : waouw, je suis allée en finale, oui ! Arriver jusque là a confirmé mes envies de couture et mes projets créatifs. Tous les jours encore, nous nous échangeons des messages, des conseils, des questions entre couturiers. Et même si c’est fini, pour nous, les choses ne font que commencer, vous allez vite vous en apercevoir 😉

Mais revenons plutôt à cet ultime instant créatif sous le thème du mariage! Un thème que je n’avais pas encore pu exploiter jusque là et que je redoutais un peu : le gilet de marié avec ses poches passepoilées et surtout, une robe de mariée à réaliser en 7 heures! Ce n’est qu’après qu’on se dit que nous pouvons être capables de faire des choses dingues quand on est dans notre élément, avec une certaine pression et une envie furieuse d’y arriver!

Alors, qui allait remporter ce beau trophée?

Astrid, Edith, Nadia gagne

Le gilet du marié :

Dans un premier temps, il fallait choisir son tissu. Et ce choix allait être primordial pour pouvoir obtenir un rendu impeccable et la première place dans le classement. A mes côtés, deux concurrentes redoutables pour qui la technique n’était pas un obstacle. J’ai opté pour un tissu en lin, car plus moderne et, comme je l’ai déjà dit ici, autant sortir du classique quand on a la chance de participer à cette émission. Je pense que Julien a apprécié ce choix. Le lin est un tissu qui se coud facilement ; par contre, un repassage efficace est de mise.

Astrid

Astrid

Astrid

Puis il a fallut que j’attaque ces fameuses poches passepoilées. J’avoue qu’elles m’ont donné du fil à retordre (c’est le mot pour le dire) ; j’ai dû les recommencer au moins 3 fois si je me souviens bien. La pression était là et je ne pouvais pas me permettre la moindre erreur si je voulais gagner. A trop se mettre la pression, on perd parfois ses moyens…

htmlDiff_shadowbox (22) finale part 1

Passé l’épisode des poches, j’arrive par je ne sais quel moyen à finir dans les temps. Nadia a pourtant fini la première avec un gilet impeccable. Elle a même pris le temps de réaliser un nœud papillon assorti ; j’étais assez bluffée. Mais pour une première, je ne m’en suis pas trop mal sortie, n’est-ce pas? 😉

unnamed (8) unnamed (7)944935_1229054740458015_7540759991415380999_n

Mais il fallait à présent mettre les bouchées doubles pour l’épreuve finale : la robe de mariée!

La robe de mariée :

Nous n’étions pas au bout de nos surprises pour cette épreuve! La production nous en avait réservées trois. La première : la venue du maître français des robes de mariés, Max Chaoul! Il allait nous conseiller mais aussi nous juger! La deuxième : la visite de tous les couturiers. Quel bonheur de les revoir et de les savoir à nos côtés ! Et la troisième : la robe de mariée qui allait devoir être cousue pour une personne en chair et en os, proche de nous, à savoir ma « petite » sœur !

Astrid

Les choses sérieuses avaient commencé : il fallait réaliser un robe qui puisse mettre en évidence la belle Hélène. D’un commun accord, nous avons opté pour une robe dont nous voulions un effet « waouw » : une robe de princesse bustier avec du volume, du tulle et un peu de dentelle.

Le bustier ne me faisait pas peur, car j’avais déjà réalisé l’épreuve de lingerie avec un bustier baleiné. L’idée de départ était de poser par dessus le bustier une sorte de capeline en dentelle avec manches. La course contre la montre avait commencé!

Un grand instant de calcul aussi : après avoir pris les mesures d’Hélène, il fallait réaliser une jupe cercle ou soleil sur laquelle on apposerait 3 étages de tulles différents froncés. Je ne vous dis pas la quantité de tulle nécessaire… J’ai même été prise de court ; il n’y en avait pas assez sur les rouleaux de la mercerie, ce qui fait que j’ai dû me contenter de ce que j’avais. J’avais imaginé une robe encore plus volumineuse… Soit, c’était déjà pas mal 😉 Et pas facile de s’en sortir pour le découpage du tulle.

Petit à petit, la robe prenait forme. Nous étions tellement dans notre élément que nous ne voyions pas le temps passer… Allais-je arriver à finaliser mon projet dans les temps? A un moment donné, j’ai réalisé que je n’arriverais pas à utiliser ma belle dentelle ; alors, en dernière minute, Cristina m’a conseillée de l’utiliser en guise d’étole.

Cela fait quelque chose de voir sa petite sœur porter une de ses créations, et surtout, une robe de mariée confectionnée pour elle ! J’étais assez fière du résultat : elle la portait si bien!

robe de mariŽe Astrid

Même si elle n’était pas finie comme je l’aurais voulu, l’effet princesse était quand même là 😉 Et faute de temps, je n’ai pas pu mettre lui mettre le jupon en dessous de la robe, pour obtenir encore plus un effet de volume. Après coup, je me dis aussi que la robe aurait été mieux mise en évidence sans cette étole…

Je remercie aussi ce cher Roderick pour avoir si joliment coiffé Hélène !

Vint le temps du jugement… Qu’allaient en penser les juges?

robes de mariŽes, Nadia , Astrid, Edith

Finale_2

robe de mariŽe Astrid

11011772_10206040695552946_859424251424750690_n

Qui de Nadia, Edith et moi allait remporter cette finale et pouvoir publier son propre libre de patrons? Vous le savez déjà bien sûr, c’est à Nadia que le trophée était destiné grâce à sa technique irréprochable et une efficacité hors pair!

Alors oui, sur le moment même, j’étais un peu déçue car j’y avais cru jusqu’au bout. Puis, finalement, qu’importe de finir première, deuxième ou troisième? La finale, c’est déjà une victoire! Je n’ai aucuns regrets ! Et je ne compte pas m’arrêter là, soyez-en sûrs!

Je suis sûre que vous trépignez d’impatience de connaître ce que je prépare dans mon atelier. Tellement de choses qu’il faut que je mette de l’ordre. Et fixer des priorités surtout car ce ne sont pas les ambitions et les projets qui manquent! Ce que je peux déjà vous dire, c’est qu’il y aura le lancement d’une marque (et il y en aura pour tout le monde) que j’aimerais voir naître pour l’été 2017. Il y aura aussi des cours de couture et des patrons dont un qui est déjà en préparation pour le magazine Coudre C’est Facile. Je n’en dis pas plus pour le moment ; encore un peu de patience 😉 Et puis bien sûr, pour les Belges qui n’ont pas eu la chance de me suivre, il y aura bientôt une diffusion de l’émission sur RTL-TVI !

Je ne peux clôturer cet article sans vous remercier encore de tous vos encouragements que je reçois encore aujourd’hui, de vos messages si porteurs et de votre confiance en moi ! C’est grâce à vous aussi que mes projets créatifs verront le jour ! Alors restez connectés, car c’est loin d’être fini..

Vous pouvez me suivre aujourd’hui via ce blog, ma page Facebook Astrid Cousu Main, ma page Facebook Cute You’re ou encore mon compte instagram. Et dans un avenir proche, je l’espère, un site internet flambant neuf portant le nom de ma nouvelle marque… A très vite 😉

 


4 Commentaires

Si tu étais licorne …

« Si tu étais lion, le renard te duperait ; si tu étais agneau, le renard te mangerait ; si tu étais renard, le lion te suspecterait, quand, par aventure, tu serais accusé par l’âne ; si tu étais âne, ta stupidité ferait ton tourment, et tu ne vivrais que pour servir de déjeuner au loup ; si tu étais loup, ta voracité te persécuterait, et souvent, tu hasarderais ta vie pour ton dîner ; si tu étais licorne, l’orgueil et la colère te perdraient et feraient de toi-même la victime de ta furie; ours, tu serais tué par le cheval ; cheval, tu serais saisi par le léopard ; léopard, tu serais proche parent du lion, et les marques mêmes de ta parenté conspireraient contre ta vie : ton unique salut serait la fuite ; ta seule défense, l’absence. »

Timon d’Athenes, William Shakespeare.

Et vous, si vous étiez licorne, que feriez-vous? 😉

Après ces quelques considérations shakespeariennes, je reviens à mes moutons : les licornes. J’ai découvert cette furie du moment grâce à ma Grande Rouge, qui en est littéralement fan. Je pense qu’elle m’a aussi contaminée…

Pour ceux qui ne le savent pas encore, depuis l’aventure Cousu Main, nous nous plaisons à nous envoyer des petits cadeaux home made. En ce qui me concerne, je suis un peu en retard, mais quand j’ai vu ce tissu licornes, j’ai tout de suite su que ce serait pour ma Grande Rouge, ou plutôt, pour sa minie 😉

Voilà le fameux tissu en jean, disponible sur le site de la Mercerie Caréfiltissu-jean-licorne-x50cm-bleu-brut-blanc

Mon choix s’est porté sur une petite robe chemisier Burda, modèle 138 de l’édition 12/2015, en taille 116. Que dire si ce n’est que le modèle est parfait ! J’aime sa fausse patte polo sur le devant, son col bien net, ses poches plaquées et ses bords de manches boutonnés. A porter sans modération et surtout, à décliner à souhait!

DSC_0517 DSC_0521 DSC_0523 DSC_0529DSC_0527 DSC_0530 DSC_0531

J’aurais bien aimé avoir une photo portée mais la petite chipie ne se laisse pas prendre en photo facilement 😉

Et avant de vous laisser, je précise que je ne vous ai pas oubliés ; je travaille au tuto du sac promis, et bientôt, vous aurez aussi le résumé de cette fameuse finale Cousu Main!

Bon début de semaine à tous!


19 Commentaires

Le flou – Cousu Main épisode 10

Samedi passé, était venu le moment d’entrer un peu dans la peau des stylistes et de créer une robe sans patron, à partir du mannequin. Détail non négligeable : il fallait que la robe soit construite à partir d’un bijou, de sorte qu’elle ne pourrait exister sans ce bijou. A l’annonce de cette épreuve, j’ai senti de l’appréhension, certes, mais aussi beaucoup d’enthousiasme à l’idée de pouvoir créer à partir de ces idées. J’aime ce genre de challenge ! Aussi, à ce stade de la compétition, on commence à prendre le rythme, à se sentir plus à l’aise et même, à prendre goût à ce jeu. Si j’étais arrivée jusque là, je pouvais bien me démener encore un peu pour arriver le plus loin possible, non? Au fond de moi, rien que de faire partie des 12 candidats Cousu Main est déjà une victoire et je n’avais rien à perdre, tout au contraire…

Premièrement, il fallait choisir le bijou… et bien le choisir, puisque toute la robe allait en dépendre! J’ai tout de suite accroché sur ce collier aux formes géométriques car je l’imaginais bien faire partie d’une très belle robe au style cocktail, simple mais classe.

12822233_10156586446970147_1286778772_n 12825614_10156586446655147_1391175742_n 12822134_10156586446850147_372865767_n

Comment ais-je procédé? J’ai pris le parti de réaliser une toile en guise de « brouillon », à partir du mannequin. Cela me rassurait un peu, histoire d’épargner le tissu au cas où cela ne fonctionnerait pas du premier coup 😉 Une fois les mesures du mannequin prises, il fallait couper la toile selon le modèle recherché. Je souhaitais réaliser des minis plis tout le long de l’encolure afin d’intégrer celle-ci au collier. Pour cela, il fallait que je calcule la largeur nécessaire en fonction du nombre de plis souhaité. C’était le plus délicat. Après, la coupe était assez simple.

12255190_10156586444880147_1695650718_o

Mon tissu étant très fin et assez transparent, il me fallait doubler entièrement la robe. Choix judicieux car cela a permis de belles finitions au niveau de l’encolure devant et dos. Cela m’a aussi permis d’insérer des bretelles élastique dorées entre la doublure et le tissu du dos. Bizarrement, je n’étais pas du tout stressée durant cette épreuve; je me sentais dans mon élément, sans rien qui puisse me perturber. Et pour une fois, j’ai pu finir sans stress avant la fin du compte à rebours de Cristina. Je l’aurais bien enfilée directement, cette robe, au lieu de la mettre sur le mannequin 😉 J’était assez contente du résultat, et surtout d’avoir réussi ce défi de taille !

12822926_10156586444820147_1388714262_o 1974650_10156586446530147_1787582297_n

IMG_3186 IMG_3183 IMG_3184 12822191_10156586445385147_917297938_n 10525045_10156586446230147_1893376678_n

Il n’y avait pas que ma robe qui était réussie : celle d’Edith était très classe, je l’aurais bien portée aussi!

Quel bonheur de réussir une telle épreuve en étant première du classement! Je dois dire que cette réalisation est ma fierté du concours. J’ai même gardé la toile qui m’a permis de la coudre, afin d’en refaire une chez moi 😉 Mais là, le problème, c’est le temps…

Mais ce n’était pas fini… Il restait la customisation. Cette dernière s’annonçait tout aussi difficile : déstructurer un bleu de travail pour en faire un tout autre vêtement. J’avais envie, une fois de plus, de réaliser un vêtement d’enfant. L’idée m’est venue naturellement de réaliser une petite combinaison : les manches du bleu du travail deviendraient les jambes de la combinaison ; je récupérerai la ceinture en la rétrécissant, … Le plus difficile restait la fourche. Heureusement, Julien est arrivé à ma rescousse avec de bons conseils. Toutefois, cela m’a fait perdre un peu de temps et je craignais de ne pas terminer. Ce qui est arrivé, même si le rendu final était assez mignon.

IMG_3194

Oh, j’oublie un détail, la combinaison ne rentrait pas sur le mannequin! Trop juste! Trop râlant! Mais au fond, la raison est simple :

J’ai trop pensé à ma fille de 2 ans 🙂

Avant de vous retrouver pour la demi-finale samedi prochain, je tiens à vous remercier pour tous vos encouragements, vos nombreux messages et réactions qui me portent énormément et me poussent à croire encore plus en mes rêves. Au niveau du concours, rien n’est gagné et me voilà entourée de techniciennes redoutables… La moindre erreur est fatale. Michèle a dû nous quitter malheureusement. Ses conseils nous manqueront! Mais si vous ne connaissez pas encore son blog, allez vite jeter un œil!

Il va falloir s’accrocher ! A samedi 😉


14 Commentaires

Le vintage – Cousu Main épisode 8

Vintage. Ce thème là, je suis sûre que tout le monde l’espérait et l’attendait avec impatience. Ce fut d’ailleurs un épisode plein de surprises !

D’abord, parlons de cette première épreuve : LA robe vintage, celle de Jackie Kennedy ! Ce modèle m’a tout de suite plu et j’avais hâte de réaliser cette épreuve. D’autant plus que… SURPRISE : nous allions coudre sur des machines datant de cette époque, des machines qui ne font que marche avant et arrière, sans plus. Mais qu’est-ce que j’ai apprécié coudre avec cette machine vintage! C’était un vrai régal d’apprécier cette robustesse et cette simplicité à la fois, au son de son doux tic tic tic.

L’épreuve était de taille car nous n’avions que 5 heures pour réaliser ce modèle, sans surjeteuse, sans fermeture à glissière invisible et sans le pied qui va avec. Il s’agissait aussi d’être précis et délicat, surtout dans les finitions.

Astrid

Les plis, je connais, ça ne me faisait pas peur. Cette étape s’est donc déroulée sans problème. La fermeture à glissière demandait beaucoup de méticulosité. Pas facile de la coudre à l’ancienne et de la rendre invisible. Avec tout ça, en voulant faire bien, le temps passe et je suis en retard. Je n’arriverai jamais à terminer ce nœud et à l’ajouter à la ceinture. Mais, même sans cela, je trouve qu’elle avait fière allure dans ce tissu !

IMG_3115 IMG_3116

Je termine 4e du classement… ce qui veut dire que je suis dans les 3 derniers! L’étau se resserre et à ce moment-là je me dis que ça va vraiment se corser, car pour pouvoir nous départager, la moindre erreur sera désormais fatale.

L’épreuve de customisation qui suit, me met totalement en confiance : réaliser un sac à main « vintage » assorti à la robe. Il fallait créer le sac que Jackie aurait volontiers porté, à partir de tissus d’ameublement. Mon choix se porte sur une matière enduite et plastifiée, assez épaisse. J’ai su assez vite le modèle que j’allais réaliser, simple mais classe. Le challenge allait résider dans l’épaisseur de la matière et la résistance de la machine. Elle a bien tenu le coup jusqu’à la fin et au dernier point, l’aiguille s’est cassée! ouf!

Il a fière allure, mon petit sac, non? je le trouvais assez dans le thème et assorti à la robe !

IMG_3130

Ne vous en faîtes pas, je vous ai promis un tuto du sac, et il viendra! Vous serez les premiers avertis dès qu’il sera disponible !

Gros suspens lors de la délibération finale : qui allait nous quitter? Je dois vous avouer que j’avais totalement oublié ce qu’il s’était passé et je me creusais la tête pour me souvenir « mais qui encore avait été éliminé ce soir-là? ». Après presque un an de tournage, on oublie certaines choses 😉 J’étais donc tout aussi surprise que vous d’apprendre que cette fois, personne ne s’en irait et que nous nous retrouverions donc tous les 6 pour le prochain épisode. Attention, il va falloir faire attention aux raccords ! A samedi prochain!

AStrid