Cute You're

Créations pour petits et grands


4 Commentaires

Si tu étais licorne …

« Si tu étais lion, le renard te duperait ; si tu étais agneau, le renard te mangerait ; si tu étais renard, le lion te suspecterait, quand, par aventure, tu serais accusé par l’âne ; si tu étais âne, ta stupidité ferait ton tourment, et tu ne vivrais que pour servir de déjeuner au loup ; si tu étais loup, ta voracité te persécuterait, et souvent, tu hasarderais ta vie pour ton dîner ; si tu étais licorne, l’orgueil et la colère te perdraient et feraient de toi-même la victime de ta furie; ours, tu serais tué par le cheval ; cheval, tu serais saisi par le léopard ; léopard, tu serais proche parent du lion, et les marques mêmes de ta parenté conspireraient contre ta vie : ton unique salut serait la fuite ; ta seule défense, l’absence. »

Timon d’Athenes, William Shakespeare.

Et vous, si vous étiez licorne, que feriez-vous? 😉

Après ces quelques considérations shakespeariennes, je reviens à mes moutons : les licornes. J’ai découvert cette furie du moment grâce à ma Grande Rouge, qui en est littéralement fan. Je pense qu’elle m’a aussi contaminée…

Pour ceux qui ne le savent pas encore, depuis l’aventure Cousu Main, nous nous plaisons à nous envoyer des petits cadeaux home made. En ce qui me concerne, je suis un peu en retard, mais quand j’ai vu ce tissu licornes, j’ai tout de suite su que ce serait pour ma Grande Rouge, ou plutôt, pour sa minie 😉

Voilà le fameux tissu en jean, disponible sur le site de la Mercerie Caréfiltissu-jean-licorne-x50cm-bleu-brut-blanc

Mon choix s’est porté sur une petite robe chemisier Burda, modèle 138 de l’édition 12/2015, en taille 116. Que dire si ce n’est que le modèle est parfait ! J’aime sa fausse patte polo sur le devant, son col bien net, ses poches plaquées et ses bords de manches boutonnés. A porter sans modération et surtout, à décliner à souhait!

DSC_0517 DSC_0521 DSC_0523 DSC_0529DSC_0527 DSC_0530 DSC_0531

J’aurais bien aimé avoir une photo portée mais la petite chipie ne se laisse pas prendre en photo facilement 😉

Et avant de vous laisser, je précise que je ne vous ai pas oubliés ; je travaille au tuto du sac promis, et bientôt, vous aurez aussi le résumé de cette fameuse finale Cousu Main!

Bon début de semaine à tous!


19 Commentaires

Le flou – Cousu Main épisode 10

Samedi passé, était venu le moment d’entrer un peu dans la peau des stylistes et de créer une robe sans patron, à partir du mannequin. Détail non négligeable : il fallait que la robe soit construite à partir d’un bijou, de sorte qu’elle ne pourrait exister sans ce bijou. A l’annonce de cette épreuve, j’ai senti de l’appréhension, certes, mais aussi beaucoup d’enthousiasme à l’idée de pouvoir créer à partir de ces idées. J’aime ce genre de challenge ! Aussi, à ce stade de la compétition, on commence à prendre le rythme, à se sentir plus à l’aise et même, à prendre goût à ce jeu. Si j’étais arrivée jusque là, je pouvais bien me démener encore un peu pour arriver le plus loin possible, non? Au fond de moi, rien que de faire partie des 12 candidats Cousu Main est déjà une victoire et je n’avais rien à perdre, tout au contraire…

Premièrement, il fallait choisir le bijou… et bien le choisir, puisque toute la robe allait en dépendre! J’ai tout de suite accroché sur ce collier aux formes géométriques car je l’imaginais bien faire partie d’une très belle robe au style cocktail, simple mais classe.

12822233_10156586446970147_1286778772_n 12825614_10156586446655147_1391175742_n 12822134_10156586446850147_372865767_n

Comment ais-je procédé? J’ai pris le parti de réaliser une toile en guise de « brouillon », à partir du mannequin. Cela me rassurait un peu, histoire d’épargner le tissu au cas où cela ne fonctionnerait pas du premier coup 😉 Une fois les mesures du mannequin prises, il fallait couper la toile selon le modèle recherché. Je souhaitais réaliser des minis plis tout le long de l’encolure afin d’intégrer celle-ci au collier. Pour cela, il fallait que je calcule la largeur nécessaire en fonction du nombre de plis souhaité. C’était le plus délicat. Après, la coupe était assez simple.

12255190_10156586444880147_1695650718_o

Mon tissu étant très fin et assez transparent, il me fallait doubler entièrement la robe. Choix judicieux car cela a permis de belles finitions au niveau de l’encolure devant et dos. Cela m’a aussi permis d’insérer des bretelles élastique dorées entre la doublure et le tissu du dos. Bizarrement, je n’étais pas du tout stressée durant cette épreuve; je me sentais dans mon élément, sans rien qui puisse me perturber. Et pour une fois, j’ai pu finir sans stress avant la fin du compte à rebours de Cristina. Je l’aurais bien enfilée directement, cette robe, au lieu de la mettre sur le mannequin 😉 J’était assez contente du résultat, et surtout d’avoir réussi ce défi de taille !

12822926_10156586444820147_1388714262_o 1974650_10156586446530147_1787582297_n

IMG_3186 IMG_3183 IMG_3184 12822191_10156586445385147_917297938_n 10525045_10156586446230147_1893376678_n

Il n’y avait pas que ma robe qui était réussie : celle d’Edith était très classe, je l’aurais bien portée aussi!

Quel bonheur de réussir une telle épreuve en étant première du classement! Je dois dire que cette réalisation est ma fierté du concours. J’ai même gardé la toile qui m’a permis de la coudre, afin d’en refaire une chez moi 😉 Mais là, le problème, c’est le temps…

Mais ce n’était pas fini… Il restait la customisation. Cette dernière s’annonçait tout aussi difficile : déstructurer un bleu de travail pour en faire un tout autre vêtement. J’avais envie, une fois de plus, de réaliser un vêtement d’enfant. L’idée m’est venue naturellement de réaliser une petite combinaison : les manches du bleu du travail deviendraient les jambes de la combinaison ; je récupérerai la ceinture en la rétrécissant, … Le plus difficile restait la fourche. Heureusement, Julien est arrivé à ma rescousse avec de bons conseils. Toutefois, cela m’a fait perdre un peu de temps et je craignais de ne pas terminer. Ce qui est arrivé, même si le rendu final était assez mignon.

IMG_3194

Oh, j’oublie un détail, la combinaison ne rentrait pas sur le mannequin! Trop juste! Trop râlant! Mais au fond, la raison est simple :

J’ai trop pensé à ma fille de 2 ans 🙂

Avant de vous retrouver pour la demi-finale samedi prochain, je tiens à vous remercier pour tous vos encouragements, vos nombreux messages et réactions qui me portent énormément et me poussent à croire encore plus en mes rêves. Au niveau du concours, rien n’est gagné et me voilà entourée de techniciennes redoutables… La moindre erreur est fatale. Michèle a dû nous quitter malheureusement. Ses conseils nous manqueront! Mais si vous ne connaissez pas encore son blog, allez vite jeter un œil!

Il va falloir s’accrocher ! A samedi 😉


14 Commentaires

Le vintage – Cousu Main épisode 8

Vintage. Ce thème là, je suis sûre que tout le monde l’espérait et l’attendait avec impatience. Ce fut d’ailleurs un épisode plein de surprises !

D’abord, parlons de cette première épreuve : LA robe vintage, celle de Jackie Kennedy ! Ce modèle m’a tout de suite plu et j’avais hâte de réaliser cette épreuve. D’autant plus que… SURPRISE : nous allions coudre sur des machines datant de cette époque, des machines qui ne font que marche avant et arrière, sans plus. Mais qu’est-ce que j’ai apprécié coudre avec cette machine vintage! C’était un vrai régal d’apprécier cette robustesse et cette simplicité à la fois, au son de son doux tic tic tic.

L’épreuve était de taille car nous n’avions que 5 heures pour réaliser ce modèle, sans surjeteuse, sans fermeture à glissière invisible et sans le pied qui va avec. Il s’agissait aussi d’être précis et délicat, surtout dans les finitions.

Astrid

Les plis, je connais, ça ne me faisait pas peur. Cette étape s’est donc déroulée sans problème. La fermeture à glissière demandait beaucoup de méticulosité. Pas facile de la coudre à l’ancienne et de la rendre invisible. Avec tout ça, en voulant faire bien, le temps passe et je suis en retard. Je n’arriverai jamais à terminer ce nœud et à l’ajouter à la ceinture. Mais, même sans cela, je trouve qu’elle avait fière allure dans ce tissu !

IMG_3115 IMG_3116

Je termine 4e du classement… ce qui veut dire que je suis dans les 3 derniers! L’étau se resserre et à ce moment-là je me dis que ça va vraiment se corser, car pour pouvoir nous départager, la moindre erreur sera désormais fatale.

L’épreuve de customisation qui suit, me met totalement en confiance : réaliser un sac à main « vintage » assorti à la robe. Il fallait créer le sac que Jackie aurait volontiers porté, à partir de tissus d’ameublement. Mon choix se porte sur une matière enduite et plastifiée, assez épaisse. J’ai su assez vite le modèle que j’allais réaliser, simple mais classe. Le challenge allait résider dans l’épaisseur de la matière et la résistance de la machine. Elle a bien tenu le coup jusqu’à la fin et au dernier point, l’aiguille s’est cassée! ouf!

Il a fière allure, mon petit sac, non? je le trouvais assez dans le thème et assorti à la robe !

IMG_3130

Ne vous en faîtes pas, je vous ai promis un tuto du sac, et il viendra! Vous serez les premiers avertis dès qu’il sera disponible !

Gros suspens lors de la délibération finale : qui allait nous quitter? Je dois vous avouer que j’avais totalement oublié ce qu’il s’était passé et je me creusais la tête pour me souvenir « mais qui encore avait été éliminé ce soir-là? ». Après presque un an de tournage, on oublie certaines choses 😉 J’étais donc tout aussi surprise que vous d’apprendre que cette fois, personne ne s’en irait et que nous nous retrouverions donc tous les 6 pour le prochain épisode. Attention, il va falloir faire attention aux raccords ! A samedi prochain!

AStrid


8 Commentaires

Le street wear à l’honneur – Cousu Main épisode 3

Troisième semaine de la compétition… Et je suis encore là 🙂 Je vie les émissions une par une, sans me projeter encore. C’est déjà une réelle victoire d’avoir passé les sélections et de figurer parmi les 12 candidats! Après cette troisième épreuve, nous ne serons plus que 10… C’est le jeu, hélas!

Le thème du street wear ne me fait pas peur. Le patron imposé, pour l’épreuve technique, ne me paraît pas trop compliqué à réaliser, si ce n’est le bas du sweat avec son bord cote « incrusté » qui permet d’avoir une belle finition au niveau du bas du sweat. Qu’importe, je me lance, vu qu’il le faut bien.

Pour l’occasion, je repère un sweat tout doux de chez Camillette Création (souvenez-vous,il s’agit de Camille, candidate de la saison 1) et de son superbe tissu Le Pic du Soir. J’en raffole de ce tissu, tellement il est agréable à coudre. Puis, si je pouvais mettre en valeur une candidate de Cousu Main, il fallait en profiter 😉

LE PIC DU SOIR-2

3h pour réaliser un sweat!?? Il est vrai qu’avec la surjeteuse, ça change tout, et tout va plus vite, à condition bien sûr qu’on arrive à dompter la bête. Il n’est pas toujours facile de s’habituer à une nouvelle machine, fort différentes de celle qu’on utilise chez soi.

Durant l’épreuve, je ne rencontre pas de difficultés particulières. Je passe un peu de temps sur ce bord-cote du bas, qui devait être parfait au niveau des coins, et bien remonter derrière la fermeture éclaire pour finir le tout de manière qualitative.

IMG_2962 IMG_2961

Le résultat final me plaît beaucoup! Je le trouve très masculin. Quelques points que j’aurais pu parfaire : intégrer le bout de la fermeture éclaire dans la parementure de la capuche (plus propre!). Et un des coins du bord côte méritait d’être plus net. J’aurais bien vu Julien le porter mais j’avoue que celui d’Edith lui allait tout aussi bien 😉

12507187_144791075898814_7077035283564292044_n

108588802_o

Seconde épreuve : customiser un bas de pantalon style jogging… Waouw, là, il fallait être inspiré! Après quelques minutes de réflexion, j’ai choisi d’utiliser le tissu du pantalon comme tissu, et non pas de réutiliser les pièces pour les intégrer ailleurs. Une robe de petite fille, voilà que ce j’allais faire ! Il me fallait alors l’associer avec un petit coton assorti. Comble du hasard, je choisis encore un tissu Camillette Création, sans le savoir à ce moment-là!

Pour réaliser cette petite robe, j’ai procédé comme suit :

  1. Couper des pièces devant et dos dans les jambes du pantalon. Assembler le devant par une couture milieu devant;
  2. Coudre les couture d’épaule et ainsi assembler le devant et le dos;
  3. Tracer un beau col en se référant à l’encolure et couper 4X le col dans le coton. Entoiler chaque partie.
  4. Coudre le col à l’encolure en prenant soins des finitions. Si je me souviens bien, je l’ai fini en posant un biais noir;
  5. Terminer les emmanchures avec un biais rapporté;
  6. Couper un rectangle de la longueur souhaitée pour le bas de la robe. Et prendre une certaine largeur pour réaliser de belles fronces. A ce moment-là, je me souviens d’un conseil technique qu’Amparo nous avait donné, à propos de fronces particulières qui, une fois réalisées, permettent d’obtenir un effet « vagues » ou « boule ». Je voulais la tester ici. Comme j’avais un coton assez fin, je l’ai d’abord replié sur lui-même de sorte d’avoir une double épaisseur. Cela m’évitait, par la même occasion, de faire un ourlet dans le bas, puisque j’avais un beau pli à la place. Une fois mon rectangle coupé, il s’agissait de couper le bord supérieur du rectangle en faisant des vagues régulières. Ensuite, pour froncer le bord, il fallait coudre à grands points sur deux lignes, en suivant bien les vagues (cf. schéma ci-après). Puis tirer pour froncer en prenant soin de bien répartir les fronces tout autour.
  7. 12596297_10156423740135147_1605171050_n
  8. Coudre la jupe ainsi froncée au bustier ;
  9. Fermer le dos de la jupe jusqu’au repaire de la fermeture à glissière;
  10. Coudre la fermeture à glissière invisible avec le pied adapté et je pense qu’on y est 😉
  11. Avec le tissu noir qui restait, j’ai réalisé un petit nœud doublé de coton, que l’on peut soit mettre dans les cheveux, soit à la taille.

IMG_2994 IMG_2995 IMG_3003

Qu’en pensez-vous? Si vous aussi vous tentez une petite robe de ce style, venez vite me la montrer! J’espère que mon tuto est clair…

Hop on termine par un selfie d’Edith et Oriane 😉

IMG_2997

A samedi !


8 Commentaires

2016 sur les chapeaux de roue !

Nous voilà déjà en 2016! 2015 est passée si vite… et pourtant tant de choses se sont passées! 2015, ce fut l’année des extrêmes, tant vers le bas que vers le haut; mais ce que je veux retenir pour le début de cette nouvelle année, ce sont ces hauts qui nous portent et nous poussent à avancer droit vers la réalisation de nos rêves!

Donc, vous connaissez le dicton : qui ne tente rien n’a rien! C’est en tentant que tout à commencé pour Cousu Main. Certains se rappellent peut-être que j’avais déjà tenté de participer à la saison 1, et que j’avais été jusqu’au casting à Paris. Sauf qu’à ce moment-là, la caméra m’intimidait beaucoup et donc, ça n’a pas marché. Une fois que le casting de la saison 2 a commencé, j’ai machinalement renvoyé ma candidature et vite repris le cours de ma vie sans attendre quoi que ce soit par la suite. Je pensais même que le casting était clôturé depuis longtemps quand M6 m’a appelé en dernière minute pour venir faire le test à Paris. Je l’ai pris plus cool, plus zen, et il faut croire que ça a payé… Voilà où j’en suis aujourd’hui : candidate belge de Cousu Main saison 2 😉

12386652_10156299140740147_1417379082_n

Avant de revenir sur la première émission de samedi passé, laissez-moi d’abord vous donner mon impression d’ensemble sur cette expérience extra-ordinaire. Bien qu’il  y ait caméras et autres face à nous, ce furent des moments intenses qui m’ont permis de m’adonner à ma passion et d’apprendre davantage, que ce soit du jury ou des autres candidats. Ce fut une expérience humaine aussi! Je me souviens encore avoir débarqué du train et attendre notre taxi en me disant « mais qu’est-ce que je fais ici??? » C’est une réelle amitié qui est née entre nous tous couturiers amateurs, et chacun a pu apprendre des autres ! Et, alors que tout nous sépare à la base, j’ai particulièrement apprécié les fous rires intenses avec Oriane, une vraie complicité en somme 😉 et les conseils de ma chère Edith.

Astrid, Oriane

Les fous rires, il y en a eu des tonnes et parfois, pour un rien. Mais la fatigue y était aussi pour quelque chose, car les journées étaient bien longues. 

12395427_10156314732885147_879347517_n

 

Astrid

Et parfois, il valait mieux rire que pleurer…

Soit, je reviens aux débuts de l’aventure et la découverte de notre superbe atelier. L’atelier dont tout le monde rêve d’avoir chez soi, bien sûr!

IMG_2906IMG_2912 IMG_2911

Quid de la première émission? Il faut dire que j’étais bien discrète pour cette première, même si j’ai terminé troisième pour l’épreuve technique, à savoir la réalisation d’une robe basique avec patte polo. Si cela ne s’est pas vu, la patte polo m’a aussi causé du souci, faute de ne pas en avoir cousu souvent avant. D’ailleurs, quand on regarde de tout prêt, elle n’est pas parfaite (elle tiraille un peu) comparé à celle d’Edith ou de Nadia. J’ai choisi un tissu fleuri et j’ai joué les contrastes avec le rose fushia. Après coup, je me suis dit que j’aurais dû faire la poche dans le même tissu que celui de la robe…

IMG_2905 IMG_2904

Dommage qu’il eut fallu faire une piqûre au milieu devant… L’épreuve demande de l’exécuter telle que demandée. Mais je suis contente de ma réalisation 🙂

Ensuite, place à l’épreuve de customisation : un sweat XXL à transformer en un autre vêtement pour femme. Vu que nous avions que 2h, il fallait trouver vite de quoi faire, et que cela soit faisable en si peu de temps. Au final, je suis contente de ce que j’ai créé : un sweat à capuche féminin. On ne l’a pas bien vu non plus à la télévision mais, pour les curieux, voilà comment j’ai procédé : j’ai rétréci la largeur des manches, créé une capuche adaptée à l’encolure et je l’ai doublé du même tissu rose pailleté que celui que j’ai mis dans le bas du sweat. J’ai inséré un élastique au niveau de la taille, à l’intérieur, et cousu une fermeture à glissière. et j’ai aussi ajouté des poches invisibles sur les côtés. J’ai pris soin de bien finir le travail et le jury à remarqué mes belles finitions ! Pas mal, comme résultat, non? 😉

IMG_2917 IMG_2919 12483317_10208559480006916_741019959_o

Voilà, une entrée tout en douceur, mais j’ai déjà hâte de vous retrouver samedi prochain pour la suite de l’aventure. Vous feriez bien un peu de plis avec moi 😉

Et si vous voulez me suivre sur Facebook, c’est ici.

A très vite!

cousu-main2b 37df9028-4391-48e5-98e7-490dc9205109

 


3 Commentaires

Du corail et de la dentelle

Prenez un beau coton fil à fil de couleur corail et associez-le à de la dentelle (la belle et fameuse dentelle de chez Stragier) et vous pourrez obtenir un résultat WAOUW! C’est l’association qu’a choisie ma sœur pour que je relève un fameux défi (je n’avais encore jamais cousu de dentelle) : réaliser une robe pour un mariage.

unnamed (13)

Première étape : le choix du modèle. Après avoir épluché pas mal de magazines et de patrons, son choix se porte sur une robe de la revue Tendances Couture – Simplicity n°17.

unnamed (15)

 

Le hic : il s’agit d’un patron grande taille. Première difficulté donc : réajuster le patron à la taille de ma sœur; ce qui ne fut pas chose simple car elle ne fait pas la même taille partout… L’idée est aussi de faire des manches plus courtes et rien qu’en dentelle, de doubler le bustier avec la dentelle et de laisser la jupe en coton corail.

Deuxième étape : découpe du patron et réalisation d’une toile afin de pouvoir faire des réajustements. Et heureusement que je n’ai pas coupé directement dans le bon tissu, car j’ai dû reprendre pas mal, tout comme je me suis aperçue que la robe faisait des plis dans le creux du dos,  ce qui m’a valu de reprendre à cet endroit-là  aussi.

Troisième étape, une fois que nous sommes sûres du bon ajustement de la robe : la découpe dans la dentelle et le tissu. La dentelle, c’est une opération délicate! D’autant plus que le bord de la dentelle devait correspondre au bord des manches ainsi qu’au bas du bustier. L’idée est de placer cette dentelle par-dessus le bustier de sorte qu’elle se pose délicatement sur la taille. Cela se résume en fait à coudre un second bustier rien qu’en dentelle, qui sera joint au tissu et à la doublure par la couture d’encolure. La surjeteuse m’a bien aidée pour assembler les pièces du bustier en dentelle, car les coutures devaient être les plus invisibles possible. Vous me suivez? 😉

unnamed (14)

 

Quatrième étape : assembler et coudre la robe. Pas de souci particulier à ce stade-là, si ce n’est les emmanchures. Le modèle n’est pas prévu pour être triplé (doublure, tissu, dentelle). Comment dès lors insérer les manches en dentelles avec le bustier déjà triplé? Cela m’a valu quelques heures de réflexion. Au final, j’ai choisi de coudre les manches en tout dernier, apposées aux emmanchures. Et pour que la robe tienne bien, j’ai ajouté deux fines bretelles sur lesquelles les manches raglan sont venues se poser. Opération délicate aussi qui m’a pris d’autres centaines de minutes.

Cinquième étape : dernier essayage avant de réaliser les finitions. Ok, tout se met bien (soulagement!).

Sixième étape : les finitions. L’ourlet de la robe, à la main, au point invisible bien entendu. Puis, à la main toujours, coudre la dentelle sur tout le pourtour du bustier ainsi que dans le dos. Encore quelques heures de travail à ajouter! Et petite note finale, la découpe de quelques fleurs de dentelle que j’ai cousues à la main sur la poche droite de la robe.

DSC_9183

 

Alors, satisfaite du résultat? La perfectionniste que je suis aurais encore voulu mieux faire mais le principal était bien entendu que ma sœur se sente à l’aise dans sa robe et surtout qu’elle se sente belle, je pense que c’était le cas 😉 On aurait pu discuter sur la présence des grandes poches sur la robe mais c’est ce qui rend le modèle original, tout en restant chic grâce à la dentelle. Après-coup, je pense qu’il aurait été aussi plus simple de partir de rien et de construire le patron ou la robe sur elle, plutôt que de se casser la tête à modifier les tailles d’un patron…

Je vous laisse découvrir le résultat en photos 😉

DSC_9177 DSC_9178 DSC_9179 DSC_9180 DSC_9185 robe Caro

Et pour l’occasion, ma sœur a réalisé une pochette dans les chutes de tissu !

Voilà, maintenant, il faut que je trouve le temps de coudre une robe pour moi 😉 A bientôt!

 


4 Commentaires

La Louise en Petite Marianne

Pour ceux et celles qui connaissent La Maison Victor, j’avais craqué depuis longtemps sur la robe Louise, du numéro printemps-été 2015. D’apparence très simple, ce modèle m’a séduite par ses détails perlés sur le dessus. C’est vraiment ces plis et ces petites perles qui font tout le charme de cette robe!

A côté de ça, je gardais bien précieusement un tout petit coupon de tissu Lecien, thème Petite Marianne, pour lequel j’ai eu un coup de cœur et que je n’osais pas encore couper. Je voyais bien la robe Louise avec ce tissu. Bon, après coup, je ne pense pas que c’était le tissu le plus adapté au modèle, étant donné que la robe est de forme trapèze et arrondie dans le bas, alors que la frise est rectangulaire… Je me suis rendue compte au cours de la réalisation, que pour les raccords, je devrai tricher un peu et qu’ils ne seront pas parfaits!

Au final, le rendu me satisfait, même si elle n’est pas parfaite (mais là, c’est la perfectionniste qui parle). Aussi, j’ai pris la plus petite taille du modèle (taille 92) et je trouve que pour cette taille, on aurait dû prévoir un pli en moins ; dès lors, j’ai réduit la largeur des plis aux extrémités. Autre petite critique (mais à confirmer lors d’une réplique du modèle), les coutures de côté ne tombaient pas au millimètre près et, de par l’arrondi du bas de la robe (peut-être trop arrondi?), il était difficile de faire un ourlet harmonieux. J’ai donc réalisé un double rentré pour cet ourlet, le plus petit possible, et heureusement car  même avec les valeurs de couture respectées et ajoutées, elle aurait été un rien trop courte à mon goût.

Voilà pour le topo de cette réalisation. Cette robe, qui paraît très simple à coudre de prime abord, prend plus de temps que prévu, car la couture des emmanchures avec la doublure demande beaucoup de méticulosité étant donné la minceur de la bretelle. Il faut aussi être assez précis lors de la couture des plis et des perles.

Mais, et c’est le plus important, j’aime ce modèle, très simple et chic à la fois ! Ce sont les perles qui font tout! Et ma princesse l’a tout de suite adoptée, que demander de mieux? 😉 La prochaine fois, je la fais une taille au-dessus pour qu’elle puisse la mettre plus longtemps!

Et vous, qu’en pensez-vous?

DSC_8950 DSC_8956 DSC_8954

DSC_8952 DSC_8958 DSC_8960

Pas facile de prendre ce petit mannequin en photo 😉

DSC_8961

 

Tissu Lecien « Petite Marianne », doublure de mon stock (récupération), et perles de chez Véritas.